Etiquetage des bouteilles d'alcool | Les calories seraient affichées
02 février 2021

Etiquetage des bouteilles d'alcool | Les calories seraient affichées

Une opposition remarquée

Cet étiquetage des bouteilles de vin que veut instaurer le Parlement Européen ne fait pas que des heureux, en témoigne la réaction d'un député Italien. Membre du groupe du Parti Populaire Européen, le député a voulu esquiver la cible principale qu'est le vin pour pointer du doigt les seuls Pre-Mix, boissons aromatisées et sournoisement alcoolisées que les jeunes adorent. Une prise de parole maligne qui a été réfutée par 365 voix contre 309.

Loin d'être un cas isolé, la Commission Européenne a également pris parti contre l'application de cette nouvelle mesure.

La bière et le vin, même combat ?

Le Parlement Européen peut toutefois se rassurer, le Beuc - Bureau Européen des Consommateurs - se tient fièrement à ses côtés en insistant sur la capacité du Parlement à écouter les consommateurs.

La filière Européenne de la bière a aussi pris part au débat en annonçant publiquement qu'elle était favorable à un tel dispositif.

L'étiquetage des pneumatiques montre ses limites
16 janvier 2021

L'étiquetage des pneumatiques montre ses limites

Une étiquette pour pneumatique doit être apposée sur ledit équipement depuis maintenant deux ans. Obligation ciblant les pneus vendu exclusivement sur l’hexagone, cet étiquetage des pneumatiques est présent pour indiquer au consommateur les différentes caractéristiques du produits : niveau de bruit, qualité du freinage ou encore la résistance. Malgré la bonne volonté de guider le consommateur dans son choix de pneu, cette règle tend plus sur une mésinformation.

Une palette de caractéristiques peu étoffée

Les critères de qualité affichés sur l’étiquette ne permettent pas au consommateur de pouvoir comparer deux pneumatiques correctement. Le label n’a également pas pris en compte toutes les caractéristiques pertinentes – pas moins d’une dizaine. L’usure, le confort, la tenue de route en ligne droit et virage font parti de ces critères de performances.

Une étiquette de pneus peu avenante

L’autre défaut que l’on s’accorde à pointer du doigt au sujet de cette étiquette de pneus vient de son actualisation. Les pneumatiques évoluant au fur et à mesure que le temps passe, il arrive que certaines de ces évolutions technologiques ne soient pas indiquées sur les étiquettes car ces dernières n’ont pas été revues par les manufacturiers. Ces mêmes manufacturiers peuvent également ne pas faire repasser de test aux pneumatiques pour ne pas à avoir à modifier l’étiquetage.

Si l’étiquette d’un pneu a l’avantage d’apporter un premier décryptage aux consommateurs, pour s’assurer un achat serein, il est plutôt conseillé de se référer à nos tests indépendants et de prendre conseil auprès d’un revendeur spécialisé.

L'étiquetage du poisson en mal de repères
14 décembre 2020

L'étiquetage du poisson en mal de repères

Ce constat a, qui plus est, été rappelé par la DGCCRF au tout début du mois dernier. Elle expliquait alors que les filets de poisson sont souvent impliqués dans des affaires de trempage qui a pour objectif de gonfler le poids de l’aliment. Pointé également du doigt, l’étiquetage possède aussi son lot de mésaventures.

Une zone de capture absente

C’est depuis le 13 décembre 2014 que la zone de capture du poisson a été rendu obligatoire. Elle est à l’heure actuelle aux oubliés absents puisqu’elle n’est recensée que dans 8% des cas. Les appellations existantes que sont Méditerranée ou encore Atlantique Nord doivent malheureusement encore guider le consommateur.

L’étiquetage du poisson péché en mer, qui doit rappeler le nom scientifique de l’animal, n’est exécuté que dans 54% des cas et ce malgré une obligation d’affichage depuis le 1er janvier 2012.

Ces lentes grandes surfaces

La CLCV présente un bien triste constat puisqu’elle dévoile que seulement 7% du poisson vendu en grande surface possède une étiquette indiquant la zone de capture. 6% d’entre eux indiquent l’engin utilisé pour la pêche et 57% l’appellation scientifique.

L’absence d’informations claires concernant le poisson entier reste un problème épineux pour diriger correctement le consommateur. C’est un tout autre cas qui se présente lorsque ces poissons sont utilisés comme des ingrédients. En effet aucune règle ou mention légale n’existe. Malgré une position favorable de la France dans ce domaine, la Commission Européenne continue de grincer des dents.

Un étiquetage alimentaire haut en couleurs
01 janvier 2018

Un étiquetage alimentaire haut en couleurs

Un étiquetage nutritionnel incompréhensible

Le Programme National Nutrition et Santé n'est pas là par hasard, ce dernier est proposé pour répondre a un besoin de clarté de l'étiquette alimentaire. Cet étiquetage fait en effet beaucoup parlé de lui, abréviations, données en quantités, pourcentages... des informations qui font se lever bien des sourcils de consommateurs.

Une étiquette alimentaire accompagnée d'une pastille de couleur

Ces consommateurs sont de plus bien conscients qu'une bonne alimentation est bon pour leur santé, ils sont donc demandeur d'un affichage clair et précis, les industriels sont avertis. Un rapport a été partagé au ministère de la santé fin 2013 par le professeur Hercberg qui lance une proposition de code couleur pour identifier les caractéristiques des produits alimentaires.

Le président du Programme national nutrition santé (PNNS) a élaboré une palette de coloris pour ses pastilles, vert pour les meilleurs aliments, rouge pour ceux à éviter, entre les deux du orange, du jaune et du rose.

L'association UFC Que Choisir comme beaucoup de scientifiques valident ce système d'étiquetage. Ils appuient sur la clarté de cette idée qui offrirait aux consommateurs une information lisible des valeurs nutritionnelles des produits. Les consommateurs auront également l'occasion de s'essayer à quelques comparaison et d'avoir une meilleure connaissance sur les aliments que les industries leurs présente.

Malheureusement la réglementation Européenne n'a pas l'intention d'imposer une quelconque utilisation d'étiquetage alimentaire aux industriels.

Etiquetage des produits chimiques : La DGCCRF décèle toujours des infractions
19 février 2017

Etiquetage des produits chimiques : La DGCCRF décèle toujours des infractions

La DGCCRF a publié un triste bilan de ses nombreux contrôles sur l’année 2014, les produits chimiques ne respectent pas les règlementations liées à leur étiquetage, leur emballage ainsi que leur classification.

De ces contrôles, qui ont ciblés exactement 1404 sociétés, a résulté pas loin de 23 injonctions administratives, 25 procès-verbaux, 85 mesures de polices administratives et plus 423 avertissements, un bilan lourd.

Dans cette longue liste, la majeure partie concerne les obligations d’étiquetages des produits chimiques et autres produits dangereux. Parmi ces infractions on peut noter, l’absence de mention d’avertissement, de pictogramme ou encore d’indice tactile de danger. Outre les produits dangereux et leur étiquetage, les principes de classification des mélanges dangereux et les publicités sujettes aux substances et aux mélanges sont aussi répertoriés dans cette liste.

Une mauvaise application du règlement CLP

La DGCCRF pointe du doigt la fort taux de non-conformité au sujet de l’étiquetage et de l’emballage, qui est malheureusement le résultat d’une désinformation de la règlement auprès des professionnels. Ce nombre élevé de non-conformités ne devrait toutefois pas diminuer a prévenu la DGCCRF qui tient compte de la prochaine mise en application du règlement CLP en Juin 2015. Pour aller plus loin, des mélanges ne sont tout simplement pas étiquetés dans les règles relatives à la classification, étiquetage et emballage des substances. D’autres mélanges présentent des pictogrammes ou mentions qui ne sont plus d’actualités.